Alors, je vais voter.

vendredi, mars 17, 2017



Je n'ai pas voté pendant 10 ans. Ça correspond à mes années à l'étranger. Je dis pas que c'est bien ou mal parce que je n'ai pas de vision manichéenne de la vie. Surtout que la vie est de plus en plus fucked up.
Par contre je n'ai pas une image positive des politiciens, en plus j'ai toujours eu du mal à faire confiance à ceux qui portent des costards, moi je suis plutôt du genre à voter pour un Coluche. C'est pas que les salopettes c'est mon truc mais un gars qui pense à créer les restos du coeur est forcément proche du peuple. Du vrai peuple. Celui dont on aime se rappeler le temps des élections mais qu'on oublie aussi vite après parce que bon, les smicards c'est pas glamour tu comprends.


Quand tu décides de vivre à l'étranger, certains te voient comme un/e lâcheur/se et franchement, j'ai rien à répondre à ces gens.
J'ai quitté la France pendant longtemps parce que je n'y trouvais pas ma place (le syndrome de l'enfant d'immigré peut-être), parce que je ne la comprenais pas, je suis rentrée et je ne la comprends toujours pas trop mais au moins maintenant j'essaie. Je crois que si même là-bas je n'avais pas envie de voter c'est parce j'avais un peu honte. Pas d'être française mais de ce qui se passait en France. Et puis j'étais loin, à des milliers de km, j'étais au Canada, un pays ou tu vois des panneaux d'affichages dans le métro avec des photos de femmes voilées à qui on souhaite la bienvenue. LA BIENVENUE. Je trouvais ça tellement chouette cette acceptation de l'autre, sans jugement, sans prise de tête. J'avais l'impression que tous les jours on me jetait de l'amour et de la tolérance à la figure. Si tu savais comme ça fait du bien.

Malgré tout j'ai décidé de revenir. Pas pour porter la bonne nouvelle ou une connerie du genre mais plutôt pour partager mon expérience, montrer que c'est possible de vivre ensemble. Tu sais, c'est un peu triste ce que je vais dire mais ceux qui me font réellement apprécier la France sont ces réfugiés soudanais à qui je donne un petit coup de main de temps en temps. Ils sont tellement fiers d'être ici, ils encensent un pays que j'ai longtemps dénigré, alors je me dis que si eux parviennent à y voir de la lumière, je devrais y arriver.

Début avril, je vais recevoir ma carte d'électrice, j'imagine que je vais ressentir un p'tit quelque chose quand même. Un sentiment de renouer avec la France. Un truc du genre en tout cas. Parce que le chemin est encore un peu long. Et c'est pas la tournure que prennent les élections présidentielles qui va me réconcilier avec la politique. 
Pour de vrai, tout au fond de moi, j'espère qu'un Justin Trudeau, tel un super héros, va venir nous sauver. Mais vu que chez nous c'est loin d'être le pays des bisounours, j'ai peur qu'on ait le droit qu'à un gargamelle. J'espère que je me trompe. Parce que vraiment, il est temps d'avancer.


2 commentaires

  1. Je m'excuse si je me repete, mon commentaire semble avoir disparu?
    Je ne vote pas en France, je suis partie il y a plus de 10 ans... Et j'ai hate de pouvoir voter ici!
    Du coup je regarde ca du Canada avec detachement mais aussi peur et deception pour la France qui reste dans mon coeur...
    Et d'ici j'ai plus peur de Trump (j'habite a 1h des US!) que de Marine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a pas dû fonctionner la première fois mais là c'est bon !

      Je comprends ta position et tu sais, même d'ici, Trump me fait très peur ! #HeWillNotDivideUS ;)

      Supprimer

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .